Exemples d'usurpation d'identité et droit

Concernant l'usurpation d'identité, les sanctions dans certains pays peuvent être extrêmement lourdes. Au Maroc, un jeune ingénieur en informatique, Fouad Mourtada, est actuellement emprisonné dans son pays après avoir mis en ligne sur Facebook un faux profil au nom du Prince Moulay Rachid (frère de l'actuel roi Mohamed VI).

En Suisse, il semblerait que l'usurpation d'identité ne soit pas condamnable pénalement selon le ministère public du canton de Berne.

Fin décembre 2006, des faux courriels au nom de Laurent Schaffter avaient été envoyés depuis un ordinateur de l'administration fédérale à Berne, dans le but d'influencer la répartition des départements entre les membres de l'exécutif jurassien.

Le ministre Laurent Schaffter avait déposé plainte, disant connaître le coupable. Début janvier 2007, les départements redistribués, le gouvernement jurassien disait sa volonté de tirer un trait sur cette affaire, mais le condamné s'en est sorti indemne 55.

Il semblerait qu'en règle générale, il est difficile de compter sur la loi pour se protéger des dérives d'Internet. En effet, le Web évolue de manière très rapide et les lois ont de la peine à se mettre à jour, d'autant plus lorsque cela concerne le domaine international.

Pour garder le contrôle de son image, il existe des programmes et des services spécialisés qui facilitent le travail de veille ou de nettoyage.

Recevez par email nos prochains conseils

Oseox sur Facebook Notifications via Facebook Oseox sur Twitter Notre actu sur twitter

Recevez par email des informations exclusives

A propos de l'auteur

Noam Perakis

Noam Perakis est un entrepreneur suisse co-fondateur et responsable marketing de RC-TECH Sàrl depuis 2007. Parallèlement, il est responsable de projets au sein de l'association COTESCENE spécialisée dans la production événementielle.