Perdre le contrôle de sa réputation sur Internet

Voici deux histoires réelles liées au monde du travail qui attestent, une fois de plus, des conséquences des informations anodines que l'on publie sur Internet :

Le cas Kevin Colvin

Le 31 octobre 2007, jour d'Halloween, Kevin Colvin, stagiaire à la banque "Anglo Irish Bank" (branche nord-américaine) envoie un email à son patron pour lui dire qu'il ne pourra pas venir au travail le lendemain, car il doit aller à New York pour des "problèmes familiaux".

Naturellement, il ne s'agissait pas de problèmes familiaux, mais d'aller fêter Halloween avec des amis dans le Massachussetts.

Le lendemain, l'un de ses collègues se balade sur Facebook et tombe sur la photo (ci-dessus) de Kevin Colvin en train de faire la fête.

 Kevin Colvin et contrôle de l'eréputation

Il s'empresse de la montrer à son patron qui, dans un premier temps, enverra un message tempéré :

"Kevin, Merci de nous avoir avertis, j'espère que tout va bien à New York. (Jolie baguette magique)." 42

Mais quelque jours plus tard Kevin sera licencié et cette histoire fera le tour du monde.

Aujourd'hui un site lui est dédié (www.sickintern.com), et des "fans" ont créé un groupe Facebook 43 à son effigie !

En plus d'avoir perdu son emploi, la presse s'est emparée de son nom et de sa mésaventure. Autant dire que sa réputation est actuellement sévèrement entachée et que ses recherches d'emploi malheureusement compromises.

Ce cas démontre que les relations d'amitié entre collègues sur Internet sont très délicates et nécessiteraient des efforts démesurés pour ne pas créer de situations embarrassantes. D'autant plus lorsqu'il s'agit de relations entre collègues de niveaux hiérarchiques différents. En résumé, devenir ami entre collègues pousse à l'autocensure et demande une gestion stricte de son image qui peut s'avérer difficile à maintenir étant donné que les informations ou les photos peuvent être publiées par des tiers.

Il est vrai que la réputation d'un employé est indirectement liée à celle de l'entreprise dans laquelle il travaille. Beaucoup de patrons conviendront qu'il est important que les collaborateurs aient une vie épanouie, des amis et des passe-temps. Découvrir de nouvelles facettes de leurs employés sur Internet ne posera en général pas de problème tant qu'il ne s'agit pas d'excès. Mais quelqu'un dévoilant sa vie trop ouvertement sur la toile, en parlant de ses soirées arrosées et pourquoi pas de ses journées ennuyeuses au boulot, entachera la réputation de l'entreprise:.

"Les collaborateurs sont les premiers ambassadeurs de l'entreprise !" 44. C'est probablement une des raisons principales de la méfiance des recruteurs face aux employés.

Le cas du supérieur hiérarchique traqué

Ces problèmes ne se limitent pas aux seuls employés. Si les collaborateurs découvrent une photo défavorable de l'un de leurs supérieurs, la relation future entre les employés et leur patron pourrait se détériorer et créer un climat désagréable. Le regard mutuel peut changer et mettre les deux parties dans une situation ambigüe.

Voici un exemple concret de ce cas de figure 44 :

Nathalie est cadre dans un célèbre cabinet d'audit anglo-saxon. Elle ne le sait pas encore, mais ses collègues s'échangent dans son dos des photos d'elle en leggings.

En effet, Nathalie a posté sur son profil Facebook des images de ses séances de yoga. Elle n'a sans doute pas entendu parler des paramètres de confidentialité. Grave erreur : déjà peu appréciée par son équipe, elle ruine ainsi une partie de son autorité sur ses subordonnés. Le tort de cette responsable, c'est d'avoir accepté d'être "amie" avec l'un d'entre eux.

Natalie sur Facebook

Peu importe les connaissances en informatique ou l'intensité de l'activité sur le Web, tout le monde peut un jour perdre le contrôle de sa réputation sur Internet.

Par contre l'impact est plus ou moins grave selon les informations trouvées. Ces différentes démonstrations posent la question de savoir comment faire pour reprendre le contrôle de sa réputation numérique et de la garder au beau fixe. Est-ce réalisable ou alors faut-il disparaître de la toile pour prendre le moins de risques possibles ?

Recevez par email des informations exclusives

A propos de l'auteur

Noam Perakis

Noam Perakis est un entrepreneur suisse co-fondateur et responsable marketing de RC-TECH Sàrl depuis 2007. Parallèlement, il est responsable de projets au sein de l'association COTESCENE spécialisée dans la production événementielle.

Newsletter Marketing