Sculpter via l’attribut Nofollow sur les liens internes c’est OLD SCHOOL

Vous vous souvenez du pageRank sculpting via nofollow ?

Commençons par une petite piqure de rappel

J’ai conscience que je viens de vous ressortir de vieux articles… mais au moins il y a tout l’historique pour ceux qui débutent.

Les habitudes ont du mal à changer. Je viens d’intervenir sur plusieurs projets où ce type de technique était utilisé.

Je tenais donc à publier ce rapide billet afin d’indiquer que la meilleure technique pour d’une part essayer de maitriser l’écoulement de la popularité interne et d’autre part le crawl des robots n’était pas le nofollow.

L'attribut Nofollow et referencement

Je préfère de loin le « nolink ».
C’est à dire s’abstenir de poser un lien
. Oui, l’abstinence… Malheureusement c’est souvent en contradiction avec l’UX.

Utiliser du javascript « complexe » peut encore certainement fonctionner mais cela devient de plus en plus risqué et de moins en moins pérenne.

Et bien entendu le cloaking pour les plus téméraires.

Dans tous les cas, appliquer du nofollow vers des pages « mentions légales » est certainement une mauvaise idée. Idem pour le fait de bloquer l’indexation de ce type de pages.

Il s’agit à mon sens d’un signal de qualité qu’il faut conserver. C’était d’ailleurs mon premier sujet de discussion avec un blackhat bien connu, il y a maintenant trop longtemps.

Alors oui, votre page mentions légales aura peut être 1 millions de liens internes si votre domaine compte autant de pages mais elle les mérite et surtout elle redistribuera la popularité, ne vous inquiétez pas.

A propos d'Aurélien Bardon

Aurélien Bardon est un passionné du web. Après avoir évolué en agence et chez l'annonceur, il lance Oseox.fr en 2008 et fonde en 2009 l'agence Aseox.

Outil Referencement d'Oseox Monitoring