Je vous révèle le critère SEO le plus puissant

Il y a un truc incroyable chez les référenceurs, c’est les discussions sur les critères SEO.

Ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas (cela sera l’objet d’un prochain billet) mais surtout, c’est quoi le plus puissant ?

Technique ? Contenu ? Linking ?

critere seo

Historiquement, les linkbuilders et de nombreux blackhats ont trop souvent eu tendance à regarder avec dédain leurs confrères moins adeptes de la petite barre verte. Les ultra white hats, ayant toujours eu un petit complexe de ce coté là.

Il faut avouer qu’avant Pingouin, c’était vraiment la fête, que tout était permis et qu’en 48H générallement l’objectif était atteint… Ce qui avait de quoi faire tourner les têtes.

J’ai remarqué aussi que bien souvent plus le référenceur évolue dans un contexte « grand compte », moins il se soucie des liens. Plus le référenceur évolue sur des petits sites, parfois personnels, plus il se souciera des liens. Bien entendu, il y a des contres exemples.

Bref…

Poser la question « Quel est le facteur le plus puissant en SEO ? » n’a aucun sens.

Tout d’abord, un projet SEO c’est une démarche globale d’optimisation afin d’obtenir plus de trafic en provenance des moteurs de recherche.

Il faut donc convenir d’une stratégie.

Cette stratégie dépend TOUJOURS de l’existant et du contexte.

J’aurai tellement d’anecdotes à vous raconter afin de vous montrer quelle approche j’ai utilisé pour tel site alors que j’ai utilisé une autre approche pour un autre pourtant sur la même thématique.

Malheureusement sans vous donner les noms de domaine en question, cela ne sera pas très intéressant. Etant donné que je n’aime pas mettre en avant les sites que j’optimise, il n’y aura pas d’exemples concrets ici.

Toutefois l’idée est assez simple à comprendre. Je vais la développer succinctement en 5 points.

  1. Travailler dans l’ordre
  2. Logique ROI / quick wins
  3. Contexte technique
  4. Contexte humain
  5. Contexte budgétaire

Travailler dans l’ordre

On ne le répétera jamais assez. Travailler dans l’ordre est la clé de la réussite.

Faire du linking vers des pages non optimisées ou dont l’URL va changer prochainement n’a pas de sens.

La plupart du temps, il faut d’abord s’assurer que GoogleBot accède bien à l’ensemble des pages, puis que vous disposez d’au moins une page répond à chaque objectif à atteindre et enfin populariser lorsque la pression concurrentielle est trop importante.

Technique => Contenu => Popularité

Logique ROI / quick wins

Que vous soyez en période d’essai, en CDD ou prestataire, vos jours sont toujours comptés. Il faut faire ses preuves et rapidement.

S’il y a une expression que je déteste en référencement c’est bien le terme « quick wins ». Aujourd’hui si vous n’avez pas 6 à 12 mois devant vous, vous serez obligé de bourriner comme un dingue et cela termine souvent mal pour tout le monde.

L’objectif reste toutefois d’obtenir des résultats assez rapidement afin de ne pas se faire virer. Même si vous avez dit qu’il faudra du temps, le responsable en face l’entendra peut être mais ne vous en donnera pas pour autant beaucoup.

Il ne faudra donc pas toujours actionner le même levier. En analysant le site, il faudra trouver l’action qui est la plus facile et rapide à déployer, la moins couteuse mais qui donnera des premiers signes de résultats afin de gagner du temps.

Contexte technique

A l’heure des WordPress et autres Prestashop fraichement dezippés qui permettent d’optimiser un peu tout facilement et rapidement lorsque cela n’est tout simplement pas fait par défaut, il y a aussi des contextes techniques que l’on peut qualifier d’originaux.

Quelques exemples réels :

Pouvoir techniquement personnaliser les TITLE sur un e-commerce : 6 000€
6K c’était aussi le coût de mon audit/preco. Sauf que « pouvoir techniquement personnaliser les TITLE » c’était 1 seule de mes demandes parmi une centaine 🙂

Pouvoir techniquement personnaliser TITLE, DESC, URL sur un site de petites annonces : Refaire tout le site qui vient d’être réalisé car la solution ne le permet pas du tout : 20 000 euros.

Optimiser la facette : Chantier technique prenant environ 1 an et qui ne respectera pas toutes les exigences

Ajouter une page de contenu optimisée ? : Faire valider par le service marketing, puis par le service communication puis par le service juridique. Prendre en compte les retours, envoyer une nouvelle version. Refaire tout valider par tous les services puis faire déployer techniquement : 6 mois au mieux.

Ajouter techniquement une page de contenu sur une boutique : Sur un projet, sur lequel j’ai travaillé 3 ans, je n’ai jamais réussi. Le contenu a été jeté.

Sur un très gros projet de refonte, j’ai envoyé les recommandations DE BASE. C’est à dire ce qui est gratuit et natif sur Prestashop.
Coût du déploiement : 40 jours homme de développement.

Ainsi le critère le plus puissant dans ce contexte, c’est à dire celui qui permettra de gagner effectivement du trafic moteur ne sera pas forcement le même que sûr d’autres projets.

Contexte humain

Alors là, l’humain c’est trop souvent la clé des problèmes SEO.

Entre ceux qui ne veulent pas travailler, ce qui doivent travailler avec vous mais qui ne vous aiment pas, ceux qui sont mal élevés ou naturellement agressifs, ceux qui ont un job de m**** et qui se défoulent sur les prestataires, ceux qui ne sont jamais contents, ceux qui pensent savoir mieux que vous comment fonctionne Google MAIS qui vous paient 800€ la journée pour les accompagner… il y a l’occasion de rencontrer beaucoup de problèmes humain.

J’ai déjà eu aussi, l’ancien entrepreneur qui vient de fermer son agence SEO qui revient chez l’annonceur, qui constate que ton budget annuel est supérieur au chiffre d’affaires annuel qu’il faisait, et là, il te fera payer tout ce qu’il n’a pas encore digéré.

Autre exemple, imaginez qu’une fois, on m’a dit : « Aurélien, je veux bien travailler avec toi mais tu ne dois pas obtenir de trop bons résultats. Car c’était moi le responsable SEO avant et si tu cartonnes on dira que je suis nul et j’aurai des problèmes. »

Un jour un responsable e-commerce refusait d’ajouter du contenu car on allait passer par WordPress. Nous utilisons le mot « blog » pour en parler.
Or pour lui un blog, c’est un journal personnel d’une personne, qu’il faut alimenter souvent, identifier l’auteur, etc…
Cela faisait peur au directeur de la communication qui a opposé son droit de veto !

Lorsqu’ils m’ont demandé à quoi cela allait ressembler, j’ai rappelé que cela serait exactement comme leur page de contenu actuel puisqu’on allait intégrer leur charte.
Ils m’ont demandé un exemple. J’ai envoyé une copie d’écran de leur site actuel.

J’ai été viré 😀 malgré +75% de trafic la première année.

(Pour la petite histoire, ils ont migré en HTTPS avec leur nouveau SEO juste avant noël et se sont prit une raclée par Google)

Il faut donc comprendre ce contexte Humain souvent complexe.

Contexte budgétaire

On ne fait pas la même chose avec 5K de budget qu’avec 100K.
C’est une évidence mais encore faut-il le rappeler.

Je me souviens de cet échange savoureux avec un importateur :

REFERENCEUR : « Quel est votre objectif ? »
PROSPECT : « Mon objectif est de concurrencer Darty d’ici 2 ans avec mon nouveau site ! »
REFERENCEUR : « Quel est votre budget ? »
PROSPECT : « Jusqu’à 5K »

// Fin de la réunion.

Alors c’est quoi le critère le plus puissant ?

Vous posez vraiment encore la question ?

Le critère le plus puissant dépend du contexte du projet.

La pondération des critères varient d’un contexte interne (humaine/technique) à l’autre, d’un objectif à un autre, d’un environnement concurrentiel à un autre.

Je suis même convaincu que dans l’algo de Google, la pondération des critères de classement peut varier en fonction de plusieurs paramètres.
Un critère SEO plus puissant que tous les autres n’existe pas.

Vous l’aurez compris, poser la question, « quel est le critère le plus puissant ?« , relève donc de la cour de récré

Lionel MIRATON sur les facteurs seo

A propos d'Aurélien Bardon

Aurélien Bardon est un passionné du web. Après avoir évolué en agence et chez l'annonceur, il lance Oseox.fr en 2008 et fonde en 2009 l'agence Aseox.

Outil Referencement d'Oseox Monitoring