Conseils de synthèse pour l'activité de domaining

Ce long article a pour objectif de vous donner des conseils sur l'activité de domaining avant de vous lancer dans l'aventure.

Enregistrer méthodiquement et de manière raisonnée des noms de domaine

L'enthousiasme du débutant amène certains à enregistrer un grand nombre de domaines disponibles. Très souvent, cette stratégie s'avère désastreuse. En ce qui concerne ceux qui choisissent d'enregistrer des noms ou des typos de marques, événements ou personnes connues, l'échec est assuré.

Vendre de tels noms de domaine est strictement impossible sur le second marché, tandis que la probabilité de poursuites judiciaires est elle, importante.

D'autre part, il ne suffit pas d'avoir enregistré un "bon" domaine pour pouvoir le vendre aussitôt. Certains noms de domaine devraient théoriquement intéresser des utilisateurs finaux, mais en pratique les ventes aux utilisateurs finaux sont compliquées et rares. Vendre aux domaineurs est à peine plus facile, car le marché est peu liquide et peu organisé. Par ailleurs, les transactions entre domaineurs se réalisent souvent à des prix à peine supérieurs aux prix d'enregistrement.

Au final, le domaineur débutant ayant enregistré un grand nombre de domaines risque de dépenser beaucoup d'énergie puis se décourager. Dans la majorité des cas, l'échéance du renouvellement est fatidique : le domaineur choisit de laisser expirer les noms et en ressort avec une perte financière nette et un sentiment de frustration.

L'enregistrement, l'achat et la vente de noms de domaine nécessitent une expertise qui ne s'apprend qu'avec de l'expérience. Pour tout enregistrement, il est nécessaire de prendre en compte les critères d'évaluation des noms de domaine. Une méthode efficace peut consister à tester la disponibilité de listes de mots-clés à recherchés, à partir d'outils permettant un traitement de masse, tels que celui de domaines.mailclub.fr.

Ces listes peuvent être extraites de lexiques professionnels, balises mots-clés, archives de vente, listing de mots-clés adwords, liste de domaines premiums, analyse de l'actualité et des nouveautés, etc.

Les domaines disponibles paraissant intéressants pourront être ainsi considérés au regard des outils de mesure de volume de recherche et de coût par clic tels que ceux de Google Adwords, pour au final être enregistrés, au rythme de quelques-uns par jour tout au plus.

Quant aux frais d'enregistrement, ceux-ci peuvent être maîtrisés en délaissant les registreurs francophones célèbres (Gandi, Amen, etc.) au profit d'autres meilleurs marchés (OVH, Godaddy...) et en profitant des offres promotionnelles d'enregistrement ou de transfert à 1 euro, qui sont relativement fréquentes.

Développer les noms de domaine qui ont un potentiel de monétisation

Le système de parking est très simple et rapide à mettre en place, mais il est rare qu'un nom de domaine puisse s'autofinancer avec du parking. Simples à réaliser soi-même et peu onéreux lorsqu'ils sont sous-traités, les mini-sites permettent en revanche d'espérer du trafic en provenance des moteurs de recherche, et donc des gains significatifs.

Toutefois, les domaineurs possédant des portefeuilles de centaines ou de milliers de noms de domaine, il est préférable de réaliser en priorité des sites dans les secteurs porteurs tels que les jeux d'argent, les rencontres ou la finance.

De tels sites auront davantage de chance de générer des revenus et par ailleurs, ils pourront intéresser des acheteurs en tant que tels, les offres pour les sites internet étant plus nombreuses et généralement supérieures à celles reçues pour les domaines non développés.

Se focaliser sur les noms de domaine de qualité

Constituer un portefeuille de domaines de qualité, même s'il est de taille restreinte, est un objectif facilitant amplement l'activité de domaining.

Sans nul doute, il est préférable de posséder un portefeuille de 100 domaines d'une valeur moyenne de 100 euros qu'un portefeuille de 1000 domaines d'une valeur moyenne de 10 euros. D'une part, la gestion des noms de domaine (hébergement, renouvellement, optimisation...) devient rapidement complexe et chronophage dès lors que l'on dépasse un certain nombre.

D'autre part, si l'on est obligé pour une raison ou une autre de vendre tout ou partie de son portefeuille, il est beaucoup plus aisé de vendre des domaines recherchés que des domaines à bas prix. Le secteur est en effet marqué par la pénurie de domaines dits "premiums" et ceux-ci sont à la fois les plus demandés et ceux dont la valeur s'apprécie le plus régulièrement.

Estimer la qualité des noms de domaine est une opération difficile et subjective, mais d'une manière générale, les extensions et les formulations exotiques seront évitées.

Acheter et vendre sur le second marché

Le secteur des noms de domaine francophones étant marqué par un faible nombre d'acheteurs et de vendeurs, les transactions sont le plus souvent à l'avantage des acheteurs. Pour chaque enchère, il est rare d'atteindre le prix "normal", car la visibilité limitée de l'enchère ne permet pas de réunir un nombre suffisant d'acheteurs potentiels motivés.

Chaque jour, l'on trouve sur le marché des domaineurs qui ont décidé de vendre des domaines, par exemple pour des raisons de besoin de trésorerie ou de changement de stratégie. Pour réussir à vendre, ces personnes devront en principe accepter des prix bas, compte tenu de la faible liquidité du marché. Les enchères de Sedo permettent-elles ainsi aux acheteurs de faire régulièrement de très bonnes affaires.

Mais les noms de domaine s'y vendant à l'unité, dans des processus pouvant durer plusieurs semaines, certains vendeurs renoncent à confier leurs ventes à Sedo et préfèrent opter pour les forums. La transaction peut y être alors réalisée plus rapidement et sans formalisme, souvent à des prix symboliques.

Si la transaction entre domaineurs est le plus souvent favorable à l'acheteur, cela signifie-t-il qu'il ne faut jamais vendre ses domaines ? Bien sûr, la réponse est non. La vente fait partie intégrante de l'activité de domaining et elle comporte de nombreux avantages.

Pour vendre, il n'est pas recommandé de solliciter le marché, car la vente aura toutes les chances d'être réalisées dans de mauvaises conditions.

La meilleure stratégie consiste à donner de la visibilité à ses noms de domaine potentiellement vendables, en les inscrivant dans toutes les grandes places de marché. Et cette visibilité produit naturellement des offres, qui procureront souvent des offres bien supérieures à celles auxquelles l'on pourrait aspirer dans une enchère classique.

Il est donc préférable que l'acheteur vienne à nos domaines, plutôt que l'inverse.

Les opérations d'achat et de vente n'ont pas pour seul effet d'optimiser l'utilisation de sa trésorerie personnelle, elles sont également bénéfiques pour mieux comprendre le marché et se créer un réseau de partenaires avec qui l'on peut échanger des astuces, des avis ou des domaines.

Pour aller plus loin

  1. Erreurs de débutants à éviter : Conseils pour les débutants en domaining, par l'une des toutes meilleures spécialistes francophones
  2. MailClub : Tester une liste de domaines
  3. Keyword Tool External de Google Adwords

Une question ? Venez la poser sur notre forum nom de domaine !

A propos de l'auteur

David Chelly

Editeur du site Domaine1.fr, David Chelly est depuis 2006 spécialisé dans la politique de nom de domaine dans les entreprises. Docteur en sciences de gestion, diplômé en droit, finance et sociologie, il a exercé pendant une dizaine d'années en tant que consultant en management et enseignant-chercheur en écoles de commerce et à l'Université.

Newsletter Marketing